Histoire

Village préexistant dans le ‘Brulhois’, petite seigneurie reprise aux Armagnac par les vicomtes de Béarn.

La bastide est fondée en 1273 par Gaston VII, vicomte de Béarn, en paréage avec l’abbé Gaillard de Figeac.

Enceinte détruite en 1359.

La bastide n’est rattachée à la France que très tardivement puisque le Béarn maintient son autonomie jusqu’en 1620.

Situation, plan

Dans la plaine alluviale de la Garonne.

Plan

Organisé, mais les rues ne sont pas rectilignes, le cœur du village est occupé par l’église romane.

La place et la halle

La place et la halle

Les +

L’église romane avec son « clocher tors ».

Clocher tors

Les exemples de clocher à charpente hélicoïdale dits « clochers tors » sont assez rares (*)

(*) Une centaine de clochers tors sont recensés en Europe, dont une soixantaine en France. Un tel clocher peut résulter d'une prouesse architecturale volontaire ou bien d'un jeu pris par la charpente sous le poids du couvrement. Le clocher de Sérignac repose sur la tour octogonale de l'église romane.

À voir – à faire

Église romane Notre-Dame (remontant au début du 11e s.), portail de 1060 sculpté, munie au 16e s. d’un clocher ‘tors’ (hélicoïdal) reconstruit en 1988.

Maisons à colombages, places à arcades.

Rue ornée de couverts.

Manoirs de Menjoulan, Rozière et Jouanisson.

Plaine alluviale de la Garonne (Conserv. Végétal Régional).

À proximité

Agen.

En savoir plus

Arcades et maisons à pans de bois sur la place

Arcades et maisons à pans de bois sur la place